À propos

Ce carnet est alimenté par un travail de thèse en architecture qui questionne le statut de propositions architecturales produites dans le tournant de la fin des années soixante, et considérées comme des projets “prospectifs” par la critique d’alors. En même temps que la société connait des bouleversements majeurs – et que les études d’architecture s’ouvrent aux sciences sociales –, les architectes s’emparent de la problématique urbaine et questionnent la notion d’habitat à travers des projets théoriques. Ils rejettent la production architecturale de masse héritée de la reconstruction, et tentent de redonner sa place à l’individu habitant, s’appuyant sur un imaginaire technologique puissant.

L’objectif de cette recherche est de resituer ces productions dans le contexte intellectuel dans lesquels elles ont été formulées, en retraçant notamment les échanges, les influences, le réseau des multiples groupes internationaux participant du foisonnement intellectuel de cette période. Ce travail devra ainsi permettre de mieux saisir les enjeux de cette architecture, souvent difficile à appréhender autrement que par l’entrée esthétique et plastique.

Ce carnet permet de partager l’avancement et les étapes de construction de la recherche en cours, de fixer la nébuleuse des idées à des instants donnés et de rythmer le processus d’écriture. Outre des articles de fonds ponctuels, il propose des “brèves” plus régulières sur l’actualité du sujet, les lectures, les conférences, expositions, et autres événements ayant un intérêt du point de vue du sujet de recherche.

Bonne visite,

Mélina